FOCUS sur la qualité de l'air intérieur

Pour des bâtiments plus performants énergétiquement, et plus sains pour leurs utilisateurs.

 

La qualité de l’air intérieur dépend de 3 facteurs :

  • Ambiance : la qualité de l'air à l'extérieur du bâtiment,
  • Bâti : les sources liées aux travaux ( construction, aménagement, rénovation),
  • Usage : les activités hébergées dans les locaux et les pratiques des utilisateurs.

Sur la base du constat que l’on passe 85% de notre temps à l’intérieur des bâtiments, il suffirait, pour limiter les pollutions et les problèmes de santé publique,  d’aérer les pièces 5mn/jour.

Ceci est encore plus vrai lorsque  l’on entre dans la période hivernale où l’on est confiné à l’intérieur la plupart du temps.

 

Ce sujet a été évoqué dès la rentrée 2017 par AIRPARIF (l’agence francilienne de la qualité de l’air extérieur).

 

Un guide spécifique a également été édité par la FFB. 

Voici, ce qu'il conseille :

 Faire le choix des bons produits. Par exemple, se renseigner sur les normes sur le mobilier.

  •  Mettre en place les bonnes pratiques pendant les travaux grâce à la grille d’analyse FFB éditée en février 2017 (diagnostic simplifié pour l’existant).

La réalisation de mesures in situ ne sont pas toujours évidentes, d’où l’intérêt du guide.

Il sert à identifier les polluants (leurs sources), les risques sur la santé des occupants, et à mettre en place des bonnes pratiques en phase travaux.

  •  Sensibiliser les utilisateurs sur les bonnes pratiques, une fois qu’ils occupent les lieux.

Dans le cadre des certifications environnementales, H8E Conseil vous oriente afin de prendre en compte cet enjeu :

 

  • Par la réalisation d'une analyse de site en amont, afin d’identifier les pollutions de fond extérieures et ambiantes.
  •  En incitant contractuellement les entreprises à gérer la qualité de l’air intérieur pendant la phase de conception et en suivant les préconisations lors de la phase travaux.
    Au besoin, cela peut être l’occasion de faire un relevé in situ en aval de la prise de possession.
  • Enfin, en concevant un guide utilisateur en vue de sensibiliser aux bonnes pratiques pour ne pas dégrader la qualité de l’air intérieur.